christine-kotschi_conte-dhivert_1

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_2

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_3

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_4

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_5

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_6

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_7

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_8

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_9

Photo © Pierre-Louis Vergne

christine-kotschi_conte-dhivert_10

Photo © Pierre-Louis Vergne

Le conte d’hiver

De William Shakespeare, mise en scène Pascal Arbeille

Les paroles du jeune prince Mamilius « Un conte triste, c’est mieux pour l’hiver » offrent la juste couleur de cette histoire qui débute dans une douce atmosphère de fêtes, de promenades, de banquets… mais qui va rapidement basculer dans la plus âpre des tragédies shakespeariennes.

Note d’intention musicale

La recherche me mène sur le territoire de la musicalité de l’acteur au sens large. En tant que musicienne de théâtre j’utilise tous les outils sensibles à ma disposition.
La musique de scène du « Conte d’hiver » est interprétée par les acteurs eux mêmes.
La distance qu’offre la direction musicale permet de porter le regard sur l’ensemble des phénomènes rythmiques et sonores émis et perçue par les acteurs explorant sur scène l’universalité musicale de l’être humain. Il s’agit de tisser un langage initiant la partie instrumentale, le chant et au delà : un état d’esprit.
La musique traduit les émotions et les intentions, à nous de savoir les interpréter et de les offrir au public.

Christine Kotschi

Extrait 1 :

Vidéo :